Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 19:32

 

P1010303 

 

Il était une fois une petite sorcière qui passait ses jours dans les décoctions, les macérations et les distillations de poils d’escargot, larmes de hannetons et pets de salamandres. Du matin au soir, elle pesait, dosait, décantait pour faire des philtres à usages divers. C’était une chercheuse puissamment concentrée.

Sur une étagère au milieu des fioles, sa reinette de compagnie l’observait sans rien dire. Elle était discrète, mais quelquefois, c’était plus fort qu’elle, fallait qu’elle s’en mêle. Alors elle attrapait un pet de dragon ou une morve d’acarien et les balançait en douce dans le chaudron magique. A tous les coups elle s’en prenait une et la sorcière lui criait des choses comme : « Mêle-toi de tes moucherons ! Va te faire cuire un veuf ! Tiens, recouds les toiles d’araignée. ». La reinette soupirait, mettait son tablier et montait sur le balai tandis que la sorcière s’agitait, courait, attrapait, versait et que ça faisait des plups, des plops et des bulles. Elle rigolait fort, tapait dans ses mains, sautait dans les airs à chaque éruption ou rôt des enfers, et hop là ! Un dragon dégueu, un serpent soupir et puis un mille-pattes jouant des castagnettes, c’était trop marrant, elle était toute fière !

La reinette, elle trouvait ça chouette et la contemplait, orgueilleuse bien sûr mais un peu jalouse tout de même. Elle aussi, elle voulait en faire des trucs anormaux, elle en avait plein dans sa petite tête et des drôlement bats pour un batracien, mais elle osait pas… Pas le temps, trop de travail, manque de place pour les ustensiles, c’était plus de son âge, et toutes ces excuses qui ne sont pas les bonnes.

Un jour, la sorcière lui dit : «  Excuse-moi, chéri, j’ai des courses à faire. Prépare le potage aux scarabées frits. J’en ai pour une heure. » Et la v’la partie avec des idées très précises en tête : poils de pélican, pellicules d’angelot, du triton pas frais, tralali lala, et… Oups ! Pas de monnaie de singe pour le ouistiti du bricabraquier. Elle s’en retourne donc, trottin trottinante, arrive près de chez elle et… Voit des étincelles de toutes les couleurs jaillir de la cheminée. Nom d’un potiron ! Elle se fait discrète, s’approche de la fenêtre et y glisse un œil. Quand elle voit ce qu’elle voit, son cœur se renverse avec son contenu, les formules, les mesures et les ingrédients.

Au milieu des fioles, des tubes, des pipettes, la petite reinette qui a pris la baguette de Madame sorcière fait surgir du rien des pivoines, des roses, un bateau de pirates, des oiseaux-café, des pinsons-cuillère et des sucriers de l’île de Java. Les yeux de la bestiole sont pleins de soleil, manèges enchantés, clochettes et moineaux, lapins et muguet, et v’la que malgré elle, la sorcière est prise d’un sourire. Elle est moins ridée, elle est moins courbée. Elle s’met sur les pointes pour voir les moineaux tourner dans le manège, les lapins sonner les cloches du muguet et les roses-pivoines entre les dents noires des affreux pirates. Elle rit, applaudit, devient presque belle. La reinette gambade, sautille, virevolte, et d’un coup de baguette fait surgir dans l’air un reflet de sorcière en robe de printemps sur son balai d’or. Pétales dans les  cheveux, violettes dans les yeux, son rire liseron s’enroule tout autour de la p’tite reinette, on peut pas faire mieux dans le genre féerique. La sorcière se regarde et plus elle se regarde, plus elle se dissout, s’estompe en fumée et son âme s’envole vers son reflet de fée pour s’y mélanger. Alors elle s’en vient tout près de la reinette, laisse aller son cœur au bord d’un sourire et pose son sourire sur la grenouillette. Tubes, fioles et pipettes éclatent cristallines, font des étincelles rouges comme leurs joues et dessinent un cœur autour des amants.

Alors… Alors….

Elle se penche, il attend, elle l’embrasse, il défaille et... Il redevient le prince de leur premier baiser.       

Fin ?                                                                                  

Partager cet article

Repost 0
myriam.rubis.wenig.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Barbara 15/12/2010 14:47


Nom d'un croco d'île paradisiaque, j'embarque sur le tracé rouge du coeur tout retourné à cause des montagnes puces !


myriam.rubis.wenig.over-blog.com 15/12/2010 15:47



Ohhhhhhhhh ! T'es mon premier commentaire !! Je fais un voeu, ça me portera chance ! Dis, comment je fais pour coller quelque part les adresses blog de mes copains ???